BON A SAVOIR / SUITE

Soulignons que manutentionnaires et acconiers interviennent aussi à ce stade du trafic. Ce sont les manutentionnaires, avec leurs équipements et logistique, qui réalisent les opérations d’embarquement, d’arrimage et de désarrimage, de shifting et de débarquement des cargaisons. Au sous-palan, ils sont encore là pour transférer les marchandises jusqu’aux terre-pleins et magasins de stockage ou de groupage. Quant aux acconiers, ils assurent la réception, le pointage et la reconnaissance à terre des marchandises embarquées ou débarquées, de même que leur gardiennage jusqu’à l’embarquement (pour l’export), le réembarquement (pour le transbordement) ou la livraison des marchandises (pour l’import). De façon générale, un seul opérateur (le consignataire) peut à la fois jouer le rôle de manutentionnaire et acconier. Ce qui fait que la plupart des grandes sociétés de navigation et de consignation ont, en leur sein, des départements ou services pour faire de la manutention et l’acconage.

Qui sont les consignataires ivoiriens ?

Au sein de la communauté portuaire d’Abidjan, cinq gros porteurs, des consignateurs, se font inlassablement remarquer. Ils occupent des positions dominantes avec plus de 57,57% du trafic total (20.990.904 tonnes) réalisé au port de commerce d’Abidjan à la fin de l’année 2013. Selon des statistiques du Port autonome d’Abidjan (PAA), Bolloré AfricaLogistics CI enregistre 3.035.325 tonnes de marchandises consignées, contre 2.629.391 tonnes pour Delmas-CI, 2.265.908 tonnes pour Getma, 2.138.816 tonnes pour Koda Maritime Sarl, et 2.014.556 tonnes pour Simat. On note également de petits porteurs, aussi indispensables dans le dispositif. D’ailleurs, il n’y a pas de petits consignataires dans l’univers maritime au vu des responsabilités induites, la différence se faisant par le volume du trafic généré ou exploité. Au port d’Abidjan, Movis a consigné 219.330 tonnes au cours de l’année écoulée, contre 176.922 tonnes pour Athena Shipping et GMT Shipping CI avec 161.340 tonnes. Sans ignorer les autres consignataires, qu’on peut qualifier de minoritaire parce qu’ils ne cumulent que 733.886 tonnes de produits consignés au terme de l’année 2013. Entre ces deux tendances, des acteurs comme Maerk Line (1.506.008 tonnes), Sea Invest (903.651 tonnes), Eolis-Sarl (462.659 tonnes) et Supermaritime (337.886 tonnes) ont une renommée internationale qu’ils essaient de préserver. Tel est le visage, titans contre outsiders, de l’économie maritime ivoirienne en termes de consignation. Après eux, une autre catégorie d’acteurs se positionne pour gérer le reste du processus jusqu’à la sortie des marchandises.

Quand les transitaires restent les maîtres du jeu

Au niveau du trafic maritime, les transitaires, aussi appelés commissionnaires agréés en douane (CAD), demeurent incontournables. Parce qu’ils sont les seuls habilités à assurer le dédouanement des marchandises pour autrui. Et aucune marchandise ne peut normalement sortir d’un port sans eux. Une fois la cargaison entreposée dans l’enceinte portuaire, ce sont les hommes du transit qui contrôlent le reste le processus en assurant l’interface entre le client et les autres intervenants. A savoir les sociétés d’import-export, le consignataire, la douane et le port. Du coup, le transitaire maintient la personne-ressource pour l’importateur ou le client. Ce transitaire doit fournir les informations utiles à son client pour le suivi des marchandises soumis à dédouanement. Avec le consignataire, il fait l’échange des connaissements (bill of lading-BL) pour les rendre négociables. Un document essentiel par lequel le capitaine d’un navire reconnaît avoir reçu des marchandises qui y sont mentionnées et s’engage à les transporter, conformément aux instructions reçues et moyennant le paiement du fret maritime. Pour dédouaner, le passeur interagit avec les agents des services douaniers à travers leur système informatisé, Sydam World. De même, il veille sur les intérêts de ses clients, tant pour le passage des conteneurs au circuit vert qu’au circuit rouge du port d’Abidjan.

Au niveau de l’importation des véhicules, c’est le même transitaire qui agit au nom du client au sein du Guichet unique automobile (GUA), la Douane, etc. Que dire de Webb Fontaine, la structure en charge de l’analyse de la valeur des marchandises ? Les transitaires ivoiriens sont très souvent à couteaux tirés avec eux sur différentes valeurs à leur imposer. En somme, les transitaires sont un peu partout et confrontés à des procédures aussi bien longues, lentes, que périlleuses au quotidien. Ce qui a conduit à la création de l’Observatoire pour la célérité des opérations de dédouanement (Ocod – décision n°45/Memef/DGD du 22 octobre 2004). Sa mission étant de lutter contre les tracasseries et les abus dans l’accomplissement des formalités en douane. Mais les chocs sont encore réels sur le terrain. Toutefois, les transitaires restent les maîtres du jeu maritime, pourrait-on dire !

Faire le distinguo entre les transitaires

La Direction générale des douanes ivoiriennes reconnaît 591 transitaires ou commissionnaires agréés en douane. Un listing qui part des grosses multinationales étrangères aux petits transitaires. On y trouve un peu de tout. De même, il faut aussi bien faire la différence entre les transitaires agréés et ceux qui ne le sont pas. Tous se font appeler transitaires… sauf que les seconds ont des compétences un peu limitées. Ils n’ont pas de code pour accéder au Sydam Word de la douane ivoirienne, et ne peuvent ainsi tirer les Déclarations anticipées d’importation (DAI), le document qui sert de porte d’entrée dans le processus de dédouanement des marchandises. Hormis ceux-là, une troisième catégorie – des personnes physiques et morales – se signale avec le titre de transitaire, et parfois sans locaux. Ces derniers sont simplement des commerciaux pour les transitaires (agréés). Ils sont très actifs sur le terrain et perçoivent des commissions ou primes. On les trouve dans la communauté portuaire pour proposer leurs services, qui au final, sont réalisés par les vrais transitaires. A condition que les transactions ailleurs jusqu’au bout. Parce qu’il y a aussi des arnaqueurs sur le chemin, où beaucoup de choses peuvent se passer…

NE VOUS FAITES PAS RACONTER LA SUITE

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s