METHODE DE CALCUL DU TRANSPORT MARITIME

Les Compagnies de transport adoptent des règles de tarification aussi variées que sont les modes de transport utilisés, les conditions d’expédition, les caractéristiques physiques des marchandises ou encore les emballages utilisés.
Il en ressort néanmoins 2 modes de tarification le plus souvent utilisés : le mode conventionel et le mode forfait. A la suite de la présentation de ces modes, sont expliqués les correctifs du fret maritime et la règle du « payant pour »
 
 
A/ Le mode conventionnel 
 
Le mode de tarification conventionnel est utilisé pour les envois de groupage, la messagerie, dès lors que les marchandises sont présentées emballées individuellement ou en lots (caisses, sacs, cartons, palettes etc.) Les compagnies de transport proposent alors des tarifs au poids brut (marchandise emballée) appelé également le poids réel (exemple : 250.000 FCFA /Tonne). Ces tarifs peuvent être proposés par tranches de poids et dégressifs. Dans ce cas, le coût de l’unité payante diminue lorsque le poids augmente.
 
Les marchandises dites lourdes seront taxées au poids brut alors que les marchandises dites légères seront taxées au volume ramené au poids. Des normes ont été établies selon le mode de transport utilisé afin de déterminer la notion de lourd ou léger. Le rapport entre le poids et le volume est l’indicateur de taxation.
 
Ainsi pour une opération de transport multimodale incluant une partie du trajet par route, le transporteur routier admet un rapport poids volume de 1 pour 3 (1T pour 3M3) et taxera au poids brut pour un rapport inférieur ou égal à 1 pour 3.
 
· Exemple no 1 : pour un colis de poids brut : 3 To, et de volume 6 M3
Poids équivalent : 6/3= 2 To
Soit une taxation au poids réel c’est à dire à 3 To
 
· Exemple no 2 : pour un colis de poids brut: 3 To, et de volume : 30 M3
Poids équivalent : 30/3=10 To
Soit une taxation au poids équivalent c’est à dire : 10 To
Suivant le même principe, la tarification du transport aérien retiendra un rapport de 1/6 soit 1 kg pour 6m3.
 
La tarification conventionnelle du transport maritime se fera quant à elle sur la base d’unités payantes
(UP) le nombre d’unités payantes représentant soit le poids soit le volume (exprimé en To et M3) à « l’avantage du navire » selon un rapport de 1to=1M3
 
· Exemple : Poids brut : 6 To et volume 9 M3 : taxation à 9 UP
· Ou encore : Poids brut : 9 To et volume 6 m3 : taxation à 9 To
 
 
B/ Le mode forfait (box rate) 
 
Le principe de taxation au forfait est utilisé pour les transports empotés en conteneurs FCL (Full container load) ou pour l’affrètement de véhicules routiers ou wagons Camrail. Il s’agit pour les compagnies de taxer le transport « à la boîte » c’est à dire au conteneur ou au camion ou au wagon. Pratique et simple à calculer, il permet de comparer rapidement avec la concurrence. Il faut néanmoins tenir compte de la nature des marchandises, de sa valeur et de son trajet.
 
Lorsqu’il s’agit d’un affrètement, le fret de base se négocie en principe librement.  Ces frets ne couvrent jamais le chargement et le déchargement réalisés aux frais et risques de l’affréteur. De plus, il faudra quelques fois ajouter les frais liés à une immobilisation du bateau supérieure à ce qui est autorisé (le propriétaire du bateau limite en effet les temps d’immobilisation du bateau à 24h une fois le chargement ou le déchargement effectué, ceci afin d’éviter que son bateau ne reste trop longtemps à quai par la faute de l’affréteur). On appelle ce dédommagement des « surestaries ».
 
 
C/ Les correctifs
 
Indépendamment du prix affiché dans le tarif du transporteur, celui-ci peut vous faire supporter des hausses conjoncturelles dictées par des événements commerciaux, politiques ou économiques indépendants de sa volonté. Il vous appliquera alors des « correctifs » exprimés en % sur le fret de base.
   
Il existe une liste exhaustive de ces correctifs dont voici les 2 les plus utilisés
 
· BAF (Bunker adjustment factor) : Corrige le fret de base par rapport à l’évolution du cours du baril de pétrole (principale source d’énergie du transport).
· CAF (currency adjustment factor) : Corrige l’évolution de la devise de facturation du transport (souvent exprimé en monnaies fortes).
 
Conseil : BAF et CAF sont deux types d’ajustement qui viennent s’ajouter au fret de base soit à la hausse, soit à la baisse. BAF (Bunker Adjustment Factor) est un correctif qui dépend de l’évolution du prix du carburant. CAF (Currency Adjustment Factor) est un correctif qui dépend de l’évolution de la devise dans laquelle est libellé le tarif. Ces correctifs ne doivent pas forcément être revus à la hausse. Un bon transitaire est celui qui saura vous faire profiter des éléments en votre faveur. A surveiller !

    
 
D/ La règle du « payant pour »
 
Elle s’applique aux tarifs présentés par tranches de poids et en prix dégressifs. A l’avantage du chargeur elle permet de bénéficier de l’avantage lié à la dégressivité. Le chargeur / Transitaire a tout à fait le droit de taxer sur un poids fictif pour arriver dans une tranche supérieur avec un prix au kg. inférieur s’il en résulte un coût total à son avantage
 
Par exemple : de 300 à 500 kg : 1500 FCFA / kg
De 501 à 1000 kg : 1.200 FCFA / kg
On constate que pour 450 kg (450 x 1500 FCFA) il vaut mieux être taxé à 501kgs (501 x 1200 FCFA) soit 601.200 FCFA au lieu de 675.000 FCFA.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s